Vos résultats de recherche

Comment bien acheter sa maison ?

Posté par webmaster sur 4 mars 2019
| 0
Comment bien acheter sa maison

Les pièges du premier achat

Acquérir son premier logement, ce n’est pas rien ! Mais gare aux désillusions car, à trop vite céder au coup de cœur, on peut aisément commettre des erreurs préjudiciables pour les décennies à venir.

L’acquisition d’un logement est un long parcours semé d’embûches, a fortiori lorsque c’est la première fois qu’on s’y engouffre ! Il suffit parfois d’un agent immobilier sympathique, de murs fraîchement repeints et d’un vendeur rassurant pour se laisser entraîner dans un achat qui peut se révéler a posteriori calamiteux. Bien qu’on ne soit jamais complètement à l’abri d’une mauvaise surprise, il faut donc aborder ce premier achat avec prudence pour limiter les risques.

Savoir rester lucide

Consultez tout d’abord votre banquier pour obtenir une estimation d’emprunt et vous renseigner sur les aides qui pourraient gonfler votre enveloppe (prêt à taux zéro, offre spéciale primo accédant, avantages liés à votre branche professionnelle…). Établissez ensuite une liste des critères de votre futur bien par ordre de priorité (nombre de chambres, salle de bains ou de douche, parking, extérieur, luminosité, etc.), puis confrontez vos souhaits au marché local. C’est en général l’occasion de revoir ses prétentions à la baisse !Une fois ces données en tête, la valse des visites peut commencer. Mais ne vous laissez pas avoir par les sirènes de l’immobilier ! En la matière, jamais proverbe n’a été si pertinent que « hâtez-vous lentement ». Vous avez eu un coup de cœur dès la première maison ? Visitez quand même d’autres biens pour comparer ! Face à un budget serré, les primo-accédants sont par ailleurs tentés de se tourner vers un logement à rénover, sûrs qu’en réalisant eux-mêmes les travaux, ils obtiendront une maison de rêve à moindre coût. Ce type d’opération se solde malheureusement souvent par dix années passées dans une vieille ferme semi-insalubre faute de budget ou une revente à perte lorsque le résultat final ne permet pas de compenser le coût du chantier. Lorsqu’on convoite un logement nécessitant des travaux, il est donc impératif d’effectuer une contre-visite avec un entrepreneur fiable pour réaliser un devis précis.

Pensez à long terme

On ne le rappellera jamais assez : l’environnement d’un bien est capital ! Un petit tour à la mairie s’impose pour connaître les éventuels projets de développement du quartier et consulter le cadastre. Rien de mieux que la construction d’une zone commerciale ou d’une autoroute dans cinq ans pour dévaluer en flèche votre logement ! De même, le vendeur vous assure qu’il n’y a pas de souci pour utiliser le chemin du voisin même si la servitude de passage n’a jamais été officialisée ? On n’achète pas de belles promesses ! Les cas de mitoyenneté peuvent aussi poser de nombreux problèmes. Menez une petite enquête de voisinage pour vous assurer du climat ambiant ! Sans oublier de passer le terrain au crible : est-il en zone inondable ? Sa proximité avec l’étang ne provoque-t-elle pas de l’humidité ? N’est-il pas situé sur un sol instable (anciennes mines, grottes naturelles…) ?Il est enfin nécessaire de garder en mémoire le devenir de son logement. Un premier achat immobilier est souvent revendu à moyen terme pour acheter plus grand. Outre le fait que la baisse des prix de l’immobilier peut stopper tout net vos rêves d’agrandissement, les caractéristiques propres au bien peuvent freiner sa revente. Tant mieux pour vous si la proximité de la route bruyante ou la faible luminosité du salon ne vous gêne pas, mais ce ne sera pas forcément le cas des futurs acheteurs. Si les biens trop atypiques ou comportant certains points noirs sont forcément plus abordables, ils peuvent aussi vous rester sur les bras plus tard…

Un budget raisonné

Il n’est pas rare que des propriétaires trop optimistes sur leur capacité de remboursement, se retrouvent pris à la gorge par leur crédit immobilier. Si les banques traditionnelles limitent le taux d’endettement à 30 %, il est recommandé de demeurer bien en dessous de ce seuil pour conserver une marge de manœuvre en cas de problème.Par ailleurs, l’achat immobilier n’est pas à la portée de toutes les bourses ! Acheter sa maison avec le seul financement d’un prêt sur 30 ans, c’est être pieds et poings liés sur une très longue durée. Dans ce cadre, toute évolution du marché à la baisse vous empêcherait dès lors de revendre votre bien, faute de pouvoir rembourser ce crédit. C’est pourquoi il est essentiel de posséder un capital de départ, afin que l’emprunt ne couvre pas plus de 90 % du coût d’achat du logement.

Julie Polizzi

Laissez une Réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Comparer les annonces